Questions aux candidats à l’élection présidentielle 2017

Questions aux candidats à l’élection présidentielle 2017

Lutte contre les pesticides et notamment contre les néonicotinoïdes,

Lutte contre les OGM,

Lutte contre le Varroa, les frelons asiatiques,

Demande de soutien à l’apiculture,

Demande d’amélioration de l’étiquetage des pots de miel pour une meilleure information des consommateurs ….

…/…

Autant de questions transmises par l’UNAF aux candidats à l’élection présidentielle que l’association du Rucher Ecole Départemental du magnerolle souhaite ci-dessous relayer pour une diffusion la plus large….

——————————

A l’approche des élections présidentielles, l’UNAF interpelle les candidats par 15 questions sur leurs engagements concernant l’Abeille et l’Apiculture. Vous lirez plus bas le communiqué de presse diffusé à ce sujet. Les réponses seront mises en ligne sur notre site et vous en serez avertis par courriel.

Par ailleurs, hier, l’UNAF s’est associé à une initiative plus globale sur l’Agriculture et l’Alimentation, en partenariat avec 6 autres organisations : Agir Pour l’Environnement, Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique, Terre de Liens, CIWF, Filières Paysannes et MIRAMAP. Dix propositions ambitieuses ont été ainsi formulées à l’adresse des candidats, sur des thèmes allant du développement de l’agriculture bio à l’usage des pesticides en passant par l’accaparement des terres agricoles.

Dans quelques jours, nous vous ferons parvenir des éléments pour interpeler les candidats aux élections législatives.

N’hésitez pas à diffuser largement ces informations.

Très bonne fin de journée,

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

L’UNAF s’adresse aux candidats à l’élection présidentielle sur des questions cruciales pour la survie de la filière apicole française.

L’Union Nationale de l’Apiculture Française, déjà très fortement mobilisée pour une transition agricole et alimentaire, demandée, ce jour, aux côtés d’Agir pour l’Environnement et de 6 autres organisations*, ne souhaite pas s’arrêter là et adresse, 15 questions cruciales pour la survie de la filière apicole aux candidats à la présidentielle 2017.

 

Les apiculteurs vivent une crise sans précédent : mortalités record dans certaines régions, intoxications dues aux pesticides, production en chute libre, concurrence déloyale de miels d’importation frauduleux. L’UNAF s’alarme du drame que vivent de nombreuses exploitations apicoles confrontées à ces problèmes et à un manque de miel historique qui met en péril leur survie économique et prive les consommateurs de miel français.  

 

Il est urgent que les enjeux économiques de la filière apicole soient enfin reconnus et que des réponses concrètes soient apportées par le prochain gouvernement pour permettre aux apiculteurs professionnels et pluriactifs de survivre.

 

Parmi les 15 questions aux candidats à la présidentielle de 2017 :

. L’engagement pour une interdiction des insecticides néonicotinoïdes, y compris du sulfoxaflor et de la flupyradifurone, sans délivrance de dérogations.

. Le soutien de la France pour que l’Union européenne adopte les nouvelles lignes directrices sur les évaluations de l’impact des pesticides pour les abeilles.

. Une interdiction stricte de la culture des OGM agricoles ainsi que des nouveaux OGM (NBT-New Breeding techniques)

. Une évolution de la réglementation relative à l’étiquetage des pots de miels,

(Ci-joint, la totalité des questions adressées aux candidats aux présidentielles)

 

Alors que près de 300 000 colonies d’abeilles disparaissent chaque année en France, l’UNAF appelle les candidats à la présidentielle à prendre des engagements fermes et ambitieux pour une agriculture durable, sans céder à la pression des lobbies de l’agrochimie.

 

Toutes les réponses des candidats seront postées sur notre site :

www.unaf-apiculture.info

 

* http://www.agirpourlenvironnement.org/communiques-presse/electionpresidentielle-sondage-ifop-sur-la-transition-agricole-et-alimenta-31033

Une nouvelle avancée pour les abeilles et les apiculteurs….

L’interdiction des pesticides dans les espaces verts publics en application à partir de ce début d’année..

Dans le cadre de la loi Labbé proposée en janvier 2014 et intégrée dans le cadre de la loi de transition énergétique pour la croissance verte du 22 juillet 2015 (dont l’article L253-7 du code rural et de la pêche maritime), l’interdiction des pesticides dans les espaces publics entre en vigueur depuis le 1er janvier 2017.

De même, la vente en libre service des pesticides aux particuliers sera interdite. Ainsi, les pesticides (hors les produits de biocontrôle*) ne peuvent plus être directement accessibles aux clients. Ils ne seront délivrés qu’après un conseil personnalisé apporté par un vendeur certifié.

De plus, à partir du 1er janvier 2019, La loi stipule également l’interdiction de la mise sur le marché, la délivrance, l’utilisation et la détention des produits pour un usage non professionnel. Elle supprime ainsi la possibilité, pour les particuliers, d’appliquer des produits phytopharmaceutiques conventionnels (hors les produits de biocontrôle, les produits biologiques).

C’est assurément une avancée non négligeable pour les abeilles… Il reste à veiller aux conditions d’application sur le terrain qui n’excluent donc pas complètement la vente aux particuliers des pesticides, elle l’encadre seulement…. Une avancée à évaluer dans les suites qui seront données…. De plus les professionnels ne sont pas concernés par ce texte…..

(Source : revue de Février 2017 – Abeilles et Fleurs N°790)

 

* Qu’est-ce que le biocontrôle?

(Information du 16/01/2017 issue du site du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt ; voir site du ministère Alim’agri pour en savoir plus : http://agriculture.gouv.fr/quest-ce-que-le-biocontrole)

Le biocontrôle est un ensemble de méthodes de protection des végétaux par l’utilisation de mécanismes naturels. Seules ou associées à d’autres moyens de protection des plantes, ces techniques sont fondées sur les mécanismes et interactions qui régissent les relations entre espèces dans le milieu naturel. Ainsi, le principe du biocontrôle repose sur la gestion des équilibres des populations d’agresseurs plutôt que sur leur éradication.

Les produits de biocontrôle sont définis par la loi comme des agents et produits utilisant des mécanismes naturels dans le cadre de la lutte intégrée contre les ennemis des cultures. Ils comprennent en particulier :
– les macro-organismes
– et les produits phytopharmaceutiques qui sont composés de micro-organismes, de médiateurs chimiques tels que les phéromones et les kairomones, ou de substances naturelles d’origine végétale, animale ou minérale.

Les macro-organismes utiles aux végétaux sont essentiellement des invertébrés, notamment des acariens, insectes et nématodes, utilisés pour protéger les plantes des bio-agresseurs via la lutte biologique.

Les produits phytopharmaceutiques de biocontrôle sont des produits phytopharmaceutiques autorisés à l’issue d’une évaluation complète des risques pour la santé humaine, la santé animale et l’environnement. Leur spécificité est liée à leur caractère naturel ou leur mode d’action reposant sur des mécanismes naturels.
Ils constituent des outils de prédilection pour la protection intégrée des cultures.

RETOUR MISSION AU CONGO

 

congo RDC 2017 167REDUITVendredi soir 24 février, Jean PAUL est rentré de sa mission humanitaire apicole au Congo RDC. La mission s’est bien déroulée et le but a été atteint ( formation de 40 apiculteurs et installation de 20 ruches en deux ruchers école) il a également fait une formation sur l’ile d’IDJWI sur le lac KIVU de deux jours.

Un grand merci à l’ensemble des donateurs (particuliers et associations) qui ont permis que cette action puisse se réaliser.

 

 

 

 

congo RDC 2017 188REDUITcongo RDC 2017 050REDUITcongo RDC 2017 203REDUIT