Le 20 mai : Journée mondiale des abeilles.

Suite à l’observation du déclin des colonies d’abeilles au niveau mondial, l’Organisation des Nations Unies a désigné le 20 mai comme étant la journée mondiale des abeilles. Cette date n’a pas été choisie au hasard. Elle coïncide avec l’anniversaire d’Anton Janša, qui, au 18ème siècle, fut le pionnier des techniques apicoles modernes dans sa Slovénie natale et rendit hommage à l’abeille pour sa capacité à travailler dur tout en n’ayant besoin que de peu d’attention.

Le déclin des abeilles

L’abeille vit aujourd’hui des jours difficiles avec une mortalité croissante préoccupante d’année en année. Il existe de multiples raisons à sa disparition : dérèglement climatique, virus et agents pathogènes, acariens (varroa destructor), parasites (nosema ceranae), disparition des habitats naturels liée aux monocultures et, bien évidemment, l’abus de traitements par produit phytosanitaires.

Un rapport édité en 2013 par l’association GreenPeace permet de se faire une idée plus complète sur la question. Télécharger le document.

Indispensables abeilles

Les abeilles jouent un rôle clé en tant que pollinisatrices. Les menaces auxquelles elles sont confrontées les empêchent de jouer correctement ce rôle et mettent en péril notre biodiversité. En instituant la journée mondiale des abeilles, les Nations Unies nous incitent une fois de plus à réfléchir sur les enjeux et modifier nos comportements. Pour célébrer la quatrième année de la Journée mondiale des abeilles, qui aura lieu dans un contexte de pandémie mondiale toujours présent, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise un événement en ligne le 20 mai 2021 sur le thème « Volons au secours des abeilles – reconstruire en mieux pour les abeilles ».

La manifestation sera l’occasion d’appeler à la coopération et à la solidarité internationale sur les menaces liées à la sécurité alimentaire et les moyens d’existence agricoles, tout en accordant la priorité à la régénération de l’environnement et à la protection des pollinisateurs. Chacun d’entre nous dispose des moyens pour changer la donne et ainsi soutenir, rétablir et renforcer le rôle des pollinisateurs.

Participez vous aussi à l’événement le 20 mai 2021 à 13 h (heure locale de Rome), ainsi qu’aux conversations sur les réseaux sociaux en utilisant les hashtags #WorldBeeDay #Savethebees !

Imaginez un monde sans abeilles

Que pouvons-nous faire ?

En tant qu’individus : 

  • garder un ensemble diversifié de plantes dans nos jardins ou nos balcons, encore mieux si elles fleurissent à des moments différents ;
  • préférer l’achat de miel brut issu de vos apiculteurs locaux ;
  • acheter des produits issus de pratiques agricoles durables ;
  • éviter d’utiliser des pesticides, des fongicides ou des herbicides dans nos jardins ;
  • protéger les nids d’abeilles sauvages quand possible ;
  • parrainer une ruche ;
  • laisser dehors un récipient propre avec de l’eau et quelques brindilles pour éviter les noyades, indispensable pour les abeilles après une journée passée à bourdonner ;
  • soutenir la reforestation ;
  • sensibiliser les gens autour de nous en partageant ces informations au sein de nos communautés et nos réseaux ! Le déclin des abeilles nous affectent tous.

En tant qu’apiculteurs ou agriculteurs :

  • éviter l’emploi de pesticides toxiques pour les pollinisateurs et les écosystèmes ;
  • diversifier nos cultures autant que possible ;
  • planter et préserver les haies.

Plus de conseils sur comment aider les abeilles et les autres pollinisateurs.

(sources : site internet ONU).

Participez au recensement des colonies d’abeilles au sud de Niort en 2021, lancé par le CNRS de Chizé et ses partenaires.

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de Chizé organise une enquête participative afin de cartographier la présence de colonie d’abeilles sauvages sur le territoire de la Zone Atelier Plaine et Val de Sèvre, au sud de Niort. Ce recensement des colonies d’abeilles sauvages est proposée à tous (habitants, associations sportives, naturalistes, forestiers, chasseurs, pêcheurs, agriculteurs, apiculteurs…).
Si vous connaissez un essaim dans un arbre, dans un mur, dans une cheminée, sous un toit, ou tout autre endroit, n’hésitez pas à en informer le CNRS de Chizé soit en répondant à l’enquête en ligne, soit par courriel (monvillageeb@gmail.com), soit en appelant Valentin, au CNRS, au 06.41.51.24.73.

La zone d’étude concernée :
Toutes les communes entre le sud de Niort et la forêt de Chizé (Aigondigné, Prissé-la-Charrière, Granzay-Gript, Aiffres,
Beauvoir-sur-Niort, Brûlain, Marigny, Celles-sur-Belle, Fors, Fressines, Frontenay Rohan Rohan, Juscorps, Montigné, La Foye-Monjault, La Rochénard, Les Fosses, Périgné, Prahecq, Sainte-Blandine, Saint-Martin-de-Bernegoue, Saint-Symphorien, Secondigné-sur-Belle, Thorigné, Vallans, Verrines-sous-Celles, Villiers-en-Bois, Vouillé).

Lien vers la page “enquête abeilles 2021” du Centre d’Etudes Biologiques de Chizé : ici