Défense de l’apiculture

Représentation de l’apiculture et bioéthique en question

Une nouvelle pétition…

Nous avons besoin de la signature de tous les apiculteurs amateurs et professionnels pour mieux être représentés par l’interprofession apicole. Celle-ci, en cours de reconnaissance, est actuellement présidée et pilotée par des représentants de la FNSEA (syndicat agricole promouvant la culture intensive) qui tentent de remettre en cause et/ou de minimiser l’impact des pesticides sur la mortalité des abeilles…

Ce qui est en incohérence avec les travaux des chercheurs qui concourent vers un constat accablant et préjugent d’une issue très inquiétante si on ne réagit pas rapidement en modifiant les modes de culture notamment. A lire le propos édifiant du Pr Roger Gil, Directeur de l’Espace de Réflexion Éthique Nouvelle Aquitaine.

en effet, à la lecture de la presse, on peut lire :

Selon Eric Lelong, président de l’Interprofession en instance de reconnaissance, les pesticides sont « un faux problème ». Il s’interroge sur le véritable impact de l’interdiction récente des néonicotinoïdes. « On ne le sait pas et on n’est pas près de le savoir. Les néonicotinoïdes tuent l’abeille, mais pas une colonie » (source Les Echos, 25 février 2019).

Hors comme le stipule l’UNAF, depuis plus de 20 ans, les apiculteurs perdent chaque année des dizaines de milliers de colonies, des mortalités largement imputables aux pesticides et aux néonicotinoïdes. Depuis les premières autorisations de néonicotinoïdes, la production de miel notamment de tournesol s’est effondrée et les syndicats apicoles se sont battus avec la plus grande énergie pour les faire interdire au niveau national et européen.

Cette déclaration indigne et inadmissible constitue une véritable insulte pour le monde apicole. L’interprofession ne doit pas être le porte-voix de la FNSEA qui freine des quatre fers pour sauver ces pesticides et ne rien changer aux pratiques agricoles dites intensives. Et ce d’autant plus que la commission apicole de ce syndicat ne représente qu’une poignée d’apiculteurs…

Le syndicat l’Abeille des Gaves et des Nives a lancé une pétition en faveur d’une meilleure représentativité des producteurs au sein de l’interprofession apicole.

L’UNAF partage ce constat que beaucoup d’apiculteurs ne se retrouvent pas dans le fonctionnement actuel de l’interprofession et vous invite à diffuser cette pétition au plus grand nombre via les mails et les réseaux sociaux : https://www.pouruneautreinterapi.fr/

Tout apiculteur peut signer cette pétition.

En vous remerciant par avance de votre participation à une meilleure représentation du monde apicole afin que le message transmis par l’interprofession prenne en compte sans ambiguïté la nécessaire défense de la biodiversité, des pollinisateurs, et par voie de conséquence de la préservation de la vie sur la planète et même de l’humanité.

N’oubliez pas…

N’oubliez pas…

vous n’avez plus qu’un mois pour réaliser votre déclaration de vos ruches en ligne…

Cette déclaration est obligatoire. Elle a aussi pour fonction de renforcer une vision globale des ruchers installés en France, de pouvoir améliorer la prévention et le suivi sanitaire des ruchers. Elle permet de plus de mieux valoriser le nombre de ruches par départements, de favoriser les aides pour le secteur apicole.

Suivez, pour ce faire, la procédure déclinée sur la page du site “déclarer vos ruches”.

 

N’oubliez pas…

Pour tous nos adhérents et partenaires, l’assemblée générale a lieu samedi 8 décembre à partir de 8H45 à la salle des fêtes de Soudan (Deux-Sèvres).

elle aura pour objet la présentation des différents rapports (moral, activités, financier). elle sera aussi l’occasion de temps d’information et de sensibilisation

  • Intervention de Monsieur Jean-Paul QUINTARD : Pesticides et Abeilles Antinomie ?
  • rapport sur la mission au Congo SUD KIVU

 

 

 

 

Interdiction des néonicotinoïdes

Néonicotinoïdes dans 75% de miels

L’Interdiction des néonicotinoïdes…

Une nouvelle victoire suite à l’action des associations d’apiculteurs dont le rucher école de Magnerolle et plus largement de l’UNAF. elle a été rendue possible également par l’engagement d’un nombre de signataires des différentes pétitions…

En effet, le 2 octobre 2018, les députés français adoptent définitivement la loi Agriculture et Alimentation qui étend le champ d’application de l’interdiction des néonicotinoïdes aux molécules ayant le même mode d’action (sulfoxaflor et

flupyradifurone).

Cette victoire est aussi à mettre à l’actif de l’action du comité de soutien des élus à l’abeille et à l’apiculture. Celui-ci a été régulièrement relancé par l’UNAF depuis 2010. Il compte désormais 180 parlementaires. Ils ont déposé et fait adopté des amendements dans le cadre de la lutte contre les néonicotinoïdes mais aussi sur la nécessité d’étiquetage des pays de production de miels importés.

Pour en savoir plus :

Historique du combat depuis 25 ans (document Abeilles et fleurs spécial Octobre 2018 UNAF)

pour la revue Abeilles et fleurs de l’UNAF : https://www.unaf-apiculture.info/nos-services/revue-abeilles-et-fleurs-abonnement-assurance.html

Pour le comité d’élus : www.comiteelusabeilles.org

 

journée d’action pour la défense des apiculteurs

combat contre les néonicotinoïdes continue....

abeille et néonicotinoïde

Journée d’action pour la défense des apiculteurs

Dans plusieurs régions de France, des pertes importantes ont été constatées de nature à mettre en péril des exploitations. Des aides ont été sollicitées auprès du ministère de l’agriculture en vain. Une journée d’action est envisagée le jeudi 7 juin, notamment pour les régions particulièrement touchées dont nos voisins de Charentes Maritimes, la Dordogne…

Malgré quelques succès concernant la législation des pesticides néonicotinoïdes, le combat est loin d’être terminé pour la préservation de la biodiversité et plus particulièrement des pollinisateurs. Le vote des députés en ce début de semaine sur la non interdiction de l’utilisation du glyphosate et donc de l’herbicide de Monsanto Roundup démontre encore qu’il est décidément bien difficile de convaincre de l’urgence de préserver le développement des insectes, du vivant, et plus globalement de notre planète…

Pour en savoir plus sur la perspective d’une journée d’action, je vous communique, ci-dessous, un courriel de l’UNAF :

Bonjour à toutes et à tous,

En sortie d’hiver, dans de nombreuses régions, les apiculteurs ont fait le constat de mortalités catastrophiques dans leur cheptel (voir notre communiqué du 26 avril dernier).

Depuis lors, interrogé par des parlementaires, le Ministre de l’Agriculture refuse de reconnaitre la gravité de la situation et la détresse de nos collègues apiculteurs. Il indique que « le dispositif de surveillance ne permet pas, à cette heure, de corroborer une généralisation de la dégradation de l’état sanitaire des colonies d’abeilles ». Et pour cause : le dispositif en place depuis plus de 20 ans est passé à côté des principaux phénomènes de mortalités massives groupées de colonies.

Face à cela, l’Union Nationale de l’Apiculture Française et la Fédération Française des Apiculteurs Professionnels appellent à une journée de mobilisation nationale le jeudi 7 juin pour demander à l’Etat et au Président de la République en particulier :

– de déclencher de toute urgence un plan de soutien exceptionnel aux apiculteurs français ;

– de restaurer un environnement viable pour les colonies d’abeilles et les pollinisateurs.

Le 7 juin, nous appelons tous les apiculteurs et toutes les apicultrices des Régions touchées à se rassembler devant les préfectures de leurs départements pour faire entendre ces demandes.

Nous vous adresserons dès la semaine prochaine plus d’informations et de conseils.

Pour l’heure, bloquez cette date dans vos agendas et informez vos adhérents.

Un évènement aura également lieu à Paris.

 L’UNAF et la FFAP appellent tous les syndicats apicoles et toutes les ONG environnementales à s’associer à cette démarche.

Je me tiens à votre disposition pour toute question.

Bien cordialement,

Anne Furet

Chargée de projet “Environnement de l’Abeille”

Union Nationale de l’Apiculture Française

26, rue des Tournelles – 75004 Paris

Tél. 01 48 87 77 91.

Skype : furet.anne

www.unaf-apiculture.info/

Un nouveau système de piégeage contre les frelons asiatiques…

Un nouveau système de piégeage contre les frelons asiatiques a été inventé par des apiculteurs du Maine et Loire.

Plus sélectif, ce système semble moins nuire au développement des autres insectes. Il apparaît donc plus efficace pour la préservation de la biodiversité. Il est préconisé pour remplacer le piégeage souvent utilisé actuellement, à savoir les bouteilles plastiques qui deviennent ainsi à proscrire.

Pour plus d’information, voir l’article paru dans le quotidien “Ouest France” du 22 février 2018.

Article Ouest France

projet de loi préservant le silence sur les affaires

Les députés sont sur le point d’adopter la loi du “silence sur les affaires”. Cette loi a vocation à empêcher les lanceurs d’alertes (journalistes, ONG, chercheurs…) de divulguer des scandales tels que ceux du médiator, du RoundUP, d’évasion fiscale, de l’amiante….

Sous la pression des lobbies, les députés pourraient voter une loi qui amèneraient les lanceurs d’alertes à devoir en répondre devant les tribunaux et à risquer de lourdes peines.

Il reste quelques heures pour signer la pétition initiée par Pollinis. Si ce n’est pas déjà fait, signez la pétition StopSecretdAffaires en cliquant ici

Face aux dangers pour la préservation de l’environnement et à l’activité des abeilles que représentent l’emploi des néonicotinoïdes, la capacité des laboratoires pharmaceutiques et industries agrochimiques à créer d’autres produits pesticides ou autres, il est essentiel que des organismes ou associations puissent continuer à divulguer des informations démontrant ces risques.

Récemment le Sulfoxaflor illustre le combat des organisations contre l’autorisation de mise sur le marché de ce néonicotinoïde qui ne dit pas son nom. L’UNAF a obtenu de l’ANSES le dossier d’évaluation des deux produits. L’UNAF révèle dans un communiqué de presse que l’évaluation, qui a conduit l’ANSES à autoriser le Sulfoxaflor, apparait approximative et lacunaire….

voir pour plus d’information le communiqué de l’UNAF.

Traitements anti-varroa

Traitements anti-varroa

L’année se prépare dès maintenant pour les traitements anti-varroa, il faut anticiper les commandes qui passent pour la plupart par l’intermédiaire des vétérinaires dans le cadre du protocole traitement.

Je vous transmets la liste des médicaments autorisés pour le traitement varroa. Je vous rappelle  que pour les traitements un protocole de traitement a été établi par votre rucher école , à savoir pour les ” non bio ” : APIVAR après la récolte et HIVE CLEAN au printemps. Pour les “bio”: APILIFE VAR après la récolte et HIVE CLEAN au printemps.

La liste des traitements non bio (APIVAR….).

La liste des traitements bio (APILIFE VAR….)

Les traitements annexes complémentaires. (Varro Med…)

Un problème se pose aujourd’hui pour HIVE CLEAN (produit bio) : Il était en vente libre mais a été supprimé et remplacé par VARRO MED mais que l’on obtient par ordonnance, mais là ou ça se complique c’est qu’actuellement on ne le trouve pas encore en vente en France. Donc je cherche une solution pour le printemps que je vous transmettrai dès que possible.

vue grossie du parasite : Le varroa

Pour en savoir plus sur les protocoles de traitements anti varroa, lire notre page sur le site : traitements anti varroa

Bonne journée à toutes et à tous

Le Président

JP VIELLARD

Inscription stage de formation

Le stage de formation au rucher école du MAGNEROLLE débutera le samedi 3 mars à 9 heures à la salle de l’ancien temple à SOUDAN.

Il reste encore quelques places, Vous pouvez vous inscrire en nous écrivant sur l’adresse suivante : ruchermagnerolle@hotmail.fr

La formation se déroule sur certains samedis matins entre mars et septembre 2018. Le programme de l’année 2018.

On y découvre toutes les facettes de la vie de l’abeille et les techniques pour les élever…. pour en savoir plus, visitez notre page sur la formation de base pour les débutants que nous proposons.

N’hésitez pas à regarder un aperçu vidéo de la formation ci-dessous :

 

Assemblée générale 2017

Assemblée Générale 2016 du Rucher école départemental du Magnerolle

Les adhérents du rucher école départemental du Magnerolle sont invités à l’assemblée générale le samedi 2 décembre 2017 avec la présence de partenaires et d’élus du territoire :

INVITATION A L’ASSEMBLEE GENERALE

Vous êtes cordialement invité(e) à assister à l’assemblée générale

Du RUCHER ECOLE DU MAGNEROLLE qui se tiendra

À la salle des fêtes de SOUDAN 79800

Le samedi 02 décembre 2017 à 9 heures précises.

ORDRE DU JOUR:

· Intervention des élus

· Rapport moral par le président

· Bilan des activités en 2017 par le Vice Président André MEMAIN

· Bilan financier par le Trésorier Francis CLOCHARD

· Rapport des vérificateurs aux comptes

· Intervention de Mr Michel TARDIEU formateur à la FNOSAD sur les maladies des abeilles

· Fonctionnement de l’association et projets pour 2018

· Questions diverses

Après l’assemblée générale, un apéritif sera offert par l’association.

Le Président

J-P VIELLARD

 

L’état doit prendre en charge la lutte contre le frelon asiatique…

Lutte contre les frelons asiatiques, l’état doit prendre en charge…

Un nouveau décret 2017-595 en date du 21 avril 2017 publié au JO du 23 avril 2017 stipule que les actions de destructions des espèces exotiques envahissantes (pour ce qui nous concerne, le frelon asiatique soit le frelon Vespa velutina) sont du ressort de l’état et de son représentant le Préfet.

Il est prévu, dans le texte en lien avec la loi N°2016-1087 du 8 août 2016 sur la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, des dispositions, dans la première sous section, qui ont pour objectif la réorganisation des règles relatives aux introductions dans la nature de spécimens d’espèces indigènes. Il crée également, dans les deux sous sections suivantes, les dispositions nouvelles de lutte contre les espèces envahissantes.

Quelque soit la situation du nid (territoire privé ou public), c’est le préfet qui est en charge d’organiser la destruction dont le coût est à la charge de l’état.

Tout citoyen est donc habilité à demander l’intervention du préfet pour l’application du décret.

Il a fallu dix ans de lutte pour enfin en arriver là. Pendant ces dix ans l’insecte a envahi quasiment la France entière et décimé de nombreux ruchers.

Combien d’années encore nous battrons nous pour l’interdiction des néocotinoïdes?


Source : à partir des données de l’INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel)

 

Pour plus d’information sur ce dossier, nos sources :

– Le numéro 1051 de novembre 2017 de L’Abeille de France

– Légifrance (www.legifrance.gouv.fr) : La loi N° 2016-1087 du 8 août 2016, les articles L411-5 à L411-9,

– le décret 2017-595 du 21 avril 2017

Décret 2017-595 (JO du 23 avril 2017)